Voici Gracielle : une des femmes qui fait carburer le monde de l’automobile

DSMA accueille Gracielle Sills cette semaine dans son équipe d’associés du Québec ! Avec plus de 15 ans d’expérience dans l’industrie automobile, nous nous réjouissons de la richesse des connaissances qu’elle nous apportera. Elle travaillera aux côtés de François McDonald pour aider les concessionnaires du Québec en répondant à leurs besoins en matière d’achat et de vente. Le duo couvrira l’ensemble des transactions, de l’évaluation à l’acquisition, en accompagnant leurs clients à chaque étape du processus.

Nous avons pris le temps de nous asseoir avec elle afin d’en apprendre un peu plus sur la nouvelle associée de François.

 

Introducing GracielleParlez-nous un peu de vous. Qu’est-ce qui vous a amené à travailler dans ce secteur ?

On peut dire que j’ai grandi dans le monde de l’automobile. Mon père a été propriétaire de concessions pendant plus de 40 ans, le langage automobile ne m’était donc pas étranger en grandissant. En revanche, mon choix de carrière n’était pas coulé dans le béton. J’ai d’abord commencé par travailler dans une banque tandis que j’étudiais dans le secteur de la mode. Mon emploi du temps était très chargé : études, participation à l’ouverture de magasins pour le groupe Aldo et Dynamite, et plusieurs heures passées à travailler à BMO.

J’ai fini par développer une passion croissante, axée sur les besoins financiers et opérationnels des concessionnaires, qu’il s’agisse de location ou d’acquisition d’immeubles, d’inventaire, de fonds de commerce, etc. Au bout d’un certain temps, tout ce qui n’était pas lié à l’automobile ne m’intéressait plus. En l’espace de 18 ans, j’ai fini par occuper tous les postes à la banque liés au secteur de l’automobile.
J’ai donc fini par suivre les traces de mon père, certes, mais à ma manière. On peut dire que tous les chemins m’ont mené au monde de l’automobile.

 

Que pensez-vous de l’industrie automobile actuelle ?

Ça bouge beaucoup ! L’industrie est actuellement en pleine mutation et, pour réussir, je pense qu’il faut garder l’esprit ouvert. Nous entrons dans une ère intéressante d’évolution rapide, marquée par des avancées technologiques, une course au véhicule électrique, et des tonnes d’innovations. Toutefois, ces avancées s’accompagnent également d’une hausse des taux d’intérêt et d’une grande incertitude. Allons-nous changer de modèle d’entreprise ? Les inventaires d’envergure résisteront-ils à l’épreuve du temps ? Avec les nouvelles lois sur l’environnement, beaucoup de choses peuvent changer.
J’ai moi-même constaté que de nombreux concessionnaires expriment leur curiosité à l’égard d’un modèle de salle d’exposition plus européen, réduisant à la fois les coûts des stocks et de l’immobilier. Bien que les modèles d’agence concernent actuellement les marques de luxe, je pourrais voir les marques génériques suivre avec le temps.

 

Pourquoi les femmes devraient-elles être plus nombreuses à vous rejoindre dans ce secteur ?

Parce que nous sommes encore très peu nombreuses ! En effet, j’ai été la seule femme dans mon domaine pendant très longtemps à la banque. Pourtant, je connais d’excellentes femmes leaders dans le secteur qui m’ont fait prendre conscience de l’équilibre et de la créativité que nous apportons au monde des affaires et de son manque de représentation… Mesdames, nous pourrions vraiment augmenter notre présence dans l’industrie. Et à toutes les jeunes femmes qui lisent ceci : il n’est pas nécessaire d’être passionnée des voitures, l’industrie est tellement intéressante et variée en soi !

 

Selon vous, qu’est-ce qui fait du Québec un endroit unique pour mettre en valeur et faciliter les ventes de concessions ?

Cette province est vraiment unique, car nous avons une culture de consommation qui rend le marché incroyablement actif et très rentable. Les concessionnaires s’en sortent bien parce que les gens d’ici veulent toujours ce qu’il y a de mieux… et nouveau. Nous sommes constamment influencés par les dernières tendances, ce qui fait que l’acheteur et le vendeur sont tous deux gagnants en bout de ligne. Je peux dire par expérience qu’il y a ici de la place pour le succès de tous.

 

Enfin, (assez parlé de voitures !) quelle est l’activité qui vous passionne ?

Ma passion est liée à une chose que tous hommes et femmes d’affaires devraient faire au moins une fois dans leur vie : aller à l’Académie Disney. En effet, ayant moi-même visité les parcs plusieurs fois, j’ai décidé de m’inscrire aux cours de leur institution pour apporter une touche de magie dans un monde bancaire parfois très froid. Cela m’a permis de me différencier dans ce secteur : grâce aux cours sur le leadership, le service à la clientèle et l’engagement des employés, j’ai trouvé une nouvelle façon d’aborder mon travail.
Ce que j’ai découvert en apprenant à connaître leur image de marque et en suivant leur formation, outre les aspects positifs qu’ils ont apportés à mon travail dans l’automobile, c’est que j’aime beaucoup organiser des voyages pour les gens. Ainsi, en organisant des itinéraires pour toute ma famille et mes amis, j’ai fini par me découvrir un emploi secondaire ! Habituée à un emploi du temps chargé, j’ai récemment commencé à travailler comme agent de voyage pour les réservations de Disney et Universal les soirs et fins de semaines… et j’adore ça !

Partagez

Psst... we have cookies.

By clicking “Accept Cookies”, you agree to the storing of cookies on your device to enhance site navigation, analyze site usage, and assist in our marketing efforts.